Adaline Anobile

Performeuse et chorégraphe, Adaline Anobile complète un Master en Design Textile à l’École Nationale Supérieure des Arts Visuels de la Cambre avant de poursuivre sa recherche en danse dans la formation ex.e.r.ce. au Centre Chorégraphique National de Montpellier. Ses rencontres avec la philosophie, les pratiques somatiques et martiales, ainsi que la voix ont été importantes dans le développement de son travail. Ses performances cherchent à rendre compte de corps et de réalité à plusieurs voix, aux multiples textures et durées. 

Adaline Anobile: SEE THAT MY GRAVE IS KEPT CLEAN

Il y a une gravure d’Albrecht Dürer qui représente l’invention du dessin perspective. C’est une drôle d’image : une femme dénudée est couchée sur une table derrière une grille ; de l’autre côté de la grille, lui faisant face, se trouve un homme qui tente de reproduire ce qu’il voit en utilisant la grille comme système de report afin de mesurer, fixer, voir. Les trois figures de la gravure – la femme dénudée, l’observateur et la grille – sont transposées au plateau. Convoquées sur scène, leurs positions deviennent troubles : le système de représentation, géométrique et abstrait, se frotte aux réalités et consistances des corps. Matérialisées, les figures se touchent et s’affectent. La perspective glisse. Des points de vues s’annulent et s’imposent.

In residentie:
On tour: