Agnes Quackels entame sa dernière année au centre d’art BUDA.

“Si c’était possible, je prendrais toute l’équipe avec moi à Bruxelles.”

 

Agnes Quackels dirigera encore le programme artistique du centre d’arts BUDA jusqu’à la fin 2019 puis partira à la recherche de nouveaux défis. Agnes Quackels est la directrice artistique de BUDA depuis juin 2011. Le centre d’art mettra à profit les prochains mois afin de tracer les nouvelles lignes de son programme et trouver un.e remplacant.e.

« Je n’ai encore aucune idée de ce que je ferai ensuite», dit Agnes Quackels. « Mais j’ai le sentiment d’arriver au bout de mon parcours à BUDA. Huit années de navettes entre Bruxelles et Courtrai, combinées avec de nombreux voyages à l’étranger, commencent aussi à me peser. Le centre d’art BUDA est une organisation exceptionnelle, et si seulement elle était basée à Bruxelles, je serais certainement encore restée quelques années de plus. La liberté avec laquelle j’ai pu développer mon travail et le soutien sans faille de toute l’équipe ont été incroyables. Ensemble nous avons œuvré au développement de BUDA jusqu’à en faire un lieu de travail dédié aux arts de la scène extrêmement flexible et apprécié où l’expérimentation trouve sa place dans les studio de répétition mais aussi au sein de l’organisation même et des différents formats de présentation. BUDA restera toujours un lieu à part, non seulement pour moi, mais aussi pour les centaines d’artistes Belges ou étrangers, confirmés ou débutants, qui chaque année viennent y travailler à de nouveaux projets de théâtre ou de danse. Cette année 2019 ce ne sont pas moins de 80 résidences qui se tiendront à BUDA. Cela a été un honneur de faire partie de l’histoire de ce lieu, mais cela paraît aussi un bon moment pour passer le flambeau. »

Agnes Quackels a renforcé la résonnance de BUDA au sein du secteur artistique et fit régulièrement du temps et de la place à côté des nouveaux projets performatifs qu’elle présenta lors de festivals pour, avec des artistes et des théoriciens, adresser des questions de société plus larges et proposer des pistes de développements alternatifs autours de thèmes comme l’argent, l’éducation, la politique ou les institutions artistiques elles-mêmes.

Le centre d’art BUDA se penche en ce moment en interne sur la façon de développer au mieux sa direction artistique dans le futur. Kristof Jonckheere, directeur: « Si l’on considère le nouveau dossier de subventionnement que nous devons écrire pour la période 2022 – 2026, c’est un excellent moment pour évaluer notre fonctionnement actuel et tracer de nouvelles lignes pour le futur. La société d’aujourd’hui n’est plus la même qu’il y a dix ans et un centre d’art doit pouvoir aussi continuellement se repositionner en fonction de ces évolutions. Nous travaillons en ce moment avec l’équipe et le Conseil d’Administration à la meilleure façon de renforcer notre équipe. Un appel à candidature sera vraisemblablement lancé en mars avec l’ambition de clôturer la procédure juste avant ou juste après l’été et ainsi entamer sereinement la dernière saison artistique que Agnes aura encore mise en œuvre ».