Cécile Bally (FR)

Cécile Bally, chorégraphe basée à Berlin a fait ses études de danse et performance à la HZT Berlin (UDK, Université des Arts Berlin). Elle a auparavant étudiée l’économie à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan et a écrit son mémoire de mater en théorie de la décision sur l’émergence et le developpement des idées dans des processus de création chorégraphiques.  Son travail artistique crée des connections entre ces deux milieu et interroge avec un humour méthodique la place de la rationalité, de la magie et du savoir dans la performance.

Cécile Bally (FR): The Price is Right

The Price is Right est une observation chorégraphique d’un lieu commun, ce qu’on y vend, ce qu’on y fait, ceux qu’on y rencontre et ce qu’on rêverait d’y rencontrer. Un hommage critique au supermarché, un lieu emblématique de notre époque. Destiné à l’achat de commodités le supermarché fait office de lieu de vie publique uniformisant les modes de vie et créant des références communes. C’est un lieu pour tous et pourtant c’est un lieu qui ségrège, il y a un supermarché pour chaque classe sociale et chaque style de vie.

Notre résidence à BUDA alternera entre une observation dissimulée des supermarchés de Courtrai (inspirée par le livre d'Annie Ernaux Regarde les lumières mon amour) et une exploration dans le studio de la relation entre prix et désir, la magie, les rêves et les cauchemars qui lui sont associés et les gestes répétitifs qui le constituent.

The Price is Right est une nouvelle recherche de Cécile Bally en collaboration avec les performeurs Cathy Walsh, Marie Ursin, Asaf Aharonson, l´éclairagiste Eva Alonso et le musicien Jassem Hindi. La premiere aura lieu à Sophiensaele Berlin en Novembre 2018.

 

«L’hypermarché au bout de la route est toujours ouvert : toute la journée, ses portes automatiques coulissent dans un sens ou dans un autre, accueillent et relâchent tout un flot humain. Ses espaces éclairés au néon sont si impersonnels et si éternels qu’il en émane du bien-être autant que de l’aliénation. A l’intérieur, vous pouvez oublier que vous n’êtes pas seul ou que vous l’êtes» Rachel Cusk, Aftermath, 2012

In residentie: